CONNEXION
Panier vide
 



Nos Ouvrages
Editeurs Tiers
Goodies
Univers
Suivez-nous
facebook twitter
you_tube
Newsletter
Ils ont dit de nous
"L'Histoire de Nintendo Vol.1 des Editions Pix'n Love est une mine d'or, un régal à découvrir absolument."

Gameplay RPG

Dead Space Downfall

Dead Space Downfall

Dead Space Downfall

Année 2500, quelque part sur la Terre. Un ingénieur est envoyé dans l'espace pour trouver pourquoi un vaisseau ne répond plus. Il découvre que tout le monde a été massacré, et se retrouve alors seul, piégé dans ce vaisseau infesté de bestioles prêtes à tout pour le dévorer...

 

Réalisation : Chuck Patton

Éditeur : Electronic Arts

Casting : Nika Futterman, Bruce Boxleitner, Keith Szarabajka, Kevin Michael Richardson...

Bonus : Scène supplémentaire, Bande Originale isolée, Galerie de photos, BA du jeu vidéo

Langues : Français (5.1), Anglais (5.1), Espagnol (5.1) et Italien (5.1)

Sous-titres : Français, anglais, danois, néerlandais, finnois, italien, norvégien, portugais, espagnol, suédois, turc

Durée : 1h14

 

Vraie surprise que ce Dead Space... Lors de sa sortie, il aura fait couler de l'encre et surtout son atmosphère oppressante qui sera saluée. Peut-on réinventer le survival horror ? Au moment où Resident Evil semble s'essouffler, de même que Silent Hill, le salut viendra-t-il de cette nouvelle licence signée Electronic Arts ? Alors certes, sur le plan scénaristique, on pourra reprocher à Dead Space de définitivement trop lorgner du côté des grands classiques SF, à commencer par Alien (Ridley Scott), mais force est de reconnaître que la trouille est plus qu'au rendez-vous ! Le son, les bruitages, les effets lumineux... tout contribue à renforcer le sentiment de solitude intense et d'angoisse de l'absolue, incarnée dans chacune des créatures absolument et terrifiantes... L'accent aura également été mis sur les jauges de vie absentes de l'écran grâce à « l'épine dorsale » du héros, de manière à optimiser l'immersion.

 

En outre, l'éditeur américain a souhaité, pour la sortie du jeu, accompagner les galettes PS3 et Xbox360 de plusieurs produits dérivés augmentant le contexte de Dead Space. C'est ainsi que plusieurs comics verront le jour de même qu'un film d'animation, Dead Space Downfall. Le style tranche résolument des mangas auxquels, peut-être, le joueur sera davantage habitué. Ici, on est clairement dans un esprit comics. Une fois l'appréhension passée, on pourra se poser la question : un dessin-animé peut-il faire flipper ? La réponse est oui ! Un peu quand même. Après, on suera nettement plus dans le premier et inégalé Alien. D'abord, pour resituer son histoire, Downfall se déroule peu avant le jeu. Et d'ailleurs, sans spoiler, le film s'arrête au moment où il faut prendre le pad. Intéressant concept. On voit donc une équipe de chercheurs découvrir un artefact pas forcément plus flippant que celui découvert dans 2001 : l'Odyssée de l'Espace. Sans savoir à quoi il peut bien servir, ils ont la riche idée de le transporter dans leur vaisseau, l'Ishimura. Il ne fera donc pas bon compter parmi l'équipage de bord, pour cause de terrifiantes mutations conduisant à des actes de barbarie inouïe.


Alors bien sûr, le désormais fan de la série se doit de posséder ce film, même s'il risque de le trouver parfois un peu ridicule... D'abord, parce que chronologiquement, donc, le film se situe peu avant le premier volet de la saga. Cela offre donc une immersion accrue – même si cela peut diminuer par conséquent l'effet de surprise. On saura tout de suite de quoi il en retourne, et les mutants sera redoutés à leur juste valeur ! Accord parental franchement justifié, l'anime propose plusieurs scènes très gore et il est préférable que votre enfant ou neveu de moins de 10 ans ne tombe pas dessus en se disant : « chouette ! Un nouveau dessin-animé! ». Maintenant, vous serez prévenu : le scénario est plus que maigre et n'hésite pas à sombrer dans bien des clichés, à commencer par les héros parfois totalement grostesques. Mais il faut saluer l'effort de contextualisation et d'immersion, surtout lorsque derrière, la licence s'avère une tuerie !

 

 

Disponibilité :
Prix : 400 points



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies pour améliorer votre navigation. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.Fermer